Réseaux sociaux: Quel usage pour un agent des MC² et MUFFA ?

Le problème posé ici est, comment se comporter sur les réseaux sociaux lorsqu’on est un agent du modèle MC²?

Le code de conduite des agents des structures du modèle MC² a été adopté dans la quasi-totalité des MC² et MUFFA du Cameroun. Il s’agit comme ce document le stipule dans son préambule, de formuler les balises au bon exercice des fonctions des agents des structures du modèle MC² et de mieux les aider à accomplir leurs tâches opérationnelles dans un monde en perpétuel changement. Il est à noter que nulle part dans le document, aucune allusion n’est faite quant à l’attitude à adopter par un professionnel de microfinance du Réseau MC² /MUFFA face aux médias sociaux, même, s’il faut reconnaître à la décharge des concepteurs que, « les technologies de communication progressent beaucoup plus rapidement que toutes les lois et tous les règlements qu’on pourrait imaginer », (Johanne Vincent).

logos des reseaux sociauxLe problème posé ici est : comment se comporter sur les réseaux sociaux lorsqu’on est un agent du modèle MC²? Peut-on par exemple, être « ami Facebook » avec certains de ses mutualistes, les membres des structures d’appui ou les administrateurs ? Peut-on afficher ses photos en petite tenue sur une page personnelle ? Quel genre d’échanges peut-on avoir — et ne pas avoir — par courriel avec des mutualistes ou les membres des structures d’appui et les dirigeants ? Peut-on émettre librement un avis sur un sujet d’actualité sur la toile sans répercussion sur nos activités professionnelles ou préjudice de notre employeur ?

Ces questions trouvent leur pertinence à la lecture et l’exploitation de l’article 3-6-5  du code de conduite des agents des structures du modèle MC² (Participation à des débats publics) qui stipule que : «  En dehors du cadre de leurs responsabilités professionnelles normales, les agents doivent éviter de participer à des débats publics portant sur les sujets pouvant être raisonnablement considérés comme liés à la micro banque sans en avoir obtenu l’autorisation préalable»

 Que faire donc?

Plusieurs spécialistes de ce sujet suggèrent la thérapie d’une éthique appliquée. La canadienne Johanne Vincent résume la situation par ces propos « Lorsqu’on est membre d’un ordre professionnel, on l’est 24 heures sur 24 ! » C’est-à-dire qu’un professionnel ne peut jamais faire abstraction de son statut, même en vacances. « On ne mettra donc pas de photos de soi en bikini sur une plage, même sur une page personnelle, afin de ne pas ternir l’image de la profession, ni celle de soi-même comme professionnel. Il faut donc vraiment y penser avant d’utiliser les réseaux sociaux » suggère-t-elle. « Je propose une démarche de réflexions basée sur l’éthique appliquée, donc une approche pragmatique pour résoudre une problématique nouvelle » poursuit Mme Vincent, qui explique que l’éthique appliquée proposée est un processus. « C’est d’abord une prise de conscience, puis une analyse des différentes caractéristiques de la problématique et enfin, l’évaluation des conséquences », résume-t-elle. On doit en outre tenir compte des normes établies par son code de déontologie. « On ne peut pas se baser tout bonnement sur son jugement personnel et faire ce que bon nous semble », insiste-t-elle. « L’éthique appliquée permet à celui qui l’applique d’agir consciemment et en toute connaissance de cause. Et lorsqu’on agit de manière responsable, il devrait y avoir de petites sonnettes d’alarme qui résonnent lorsque se présente un comportement à risque pour un professionnel» explique Johanne Vincent.

7 principes à respecter par les agents MC²

Au demeurant, même si déjà le code de conduite des agents des structures du modèle MC² est le livre de chevet d’un grand nombre d’agents, il est recommandé à tous de se l’approprier davantage et au-delà, d’y intégrer quelques dispositions pratiques quant à l’utilisation des médias sociaux. Au rang desquelles l’on peut retenir les principes suivants :

  • Lorsqu’un Employé utilise à des fins personnelles un média social, il doit utiliser son adresse courriel personnelle, parler en son nom et ne jamais s’afficher à titre de porte-parole de sa MC² ou MUFFA.
  • L’Employé peut préciser sur son profil qu’il travaille pour la MC², mais doit s’abstenir de faire toute déclaration qui pourrait nuire à sa Mutuelle.
  • L’Employé ne peut transmettre, via les médias sociaux, des renseignements confidentiels concernant son institution, ses collègues, ses administrateurs, ses mutualistes, les membres des structures d’appui ou autres partenaires sans leur consentement.
  • L’Employé ne peut prendre position ou faire des déclarations dans les médias sociaux lorsque celles-ci sont susceptibles d’affecter la réputation ou les activités de sa MC², ou de nuire à la réputation d’un collègue, d’un administrateur ou membre des structures d’appui.
  • L’Employé doit toujours agir en toute responsabilité et avec loyauté lorsqu’il émet des opinions personnelles sur les médias sociaux, en ayant le souci de ne pas discréditer son institution, ni nuire à son image ou à sa réputation.
  • L’obligation de loyauté dépasse le cadre des heures de travail et tout utilisateur des médias sociaux est personnellement responsable du contenu qu’il publie.
  • En tout temps, l’utilisation des médias sociaux par l’Employé doit se faire dans le respect des principes du Code de conduite des agents des structures du modèle MC².

Emmanuel Wabo, UM MC² de BertouaPar Emmanuel WAMBO, Unit Manager MC² de Bertoua