Le bien-être assuré pour 42 familles

COOPEPLA NGOK

Coopérative

MC² de Niété
Les conditions de vie des membres de cette coopérative sont durablement améliorées grâce aux produits de leur plantation d’hévéa, acquise et exploitée sous financement de la MC² de Niété.

« C’est sans aucune prétention que nous pouvons dire aujourd’hui que nous sommes assis ». Par cette déclaration, NGALLY Ceril, Directeur de la COOPEPLA-NGOK veut traduire le bien-être qui anime les membres de la Coopérative des Petits Planteurs de Ngok (COOPEPLA-NGOK ) et il y a de quoi faire montre de cette aisance. En effet, cette coopérative qui regroupe une quarantaine de personnes est aujourd’hui propriétaire d’une plantation de plus de 76 hectares acquise lors du projet de l’Etat de rétrocéder à Niété, 537 hectares de plantation aux villageois. Un acquis qui s’est fait grâce à la MC² de Niété sans laquelle, rien n’aurait été possible : « pour notre plantation, nous devions payer une caution de 45 millions FCFA, et n’ayant pas de fonds, nous nous sommes tournés vers la MC² qui n’a pas hésité à nous soutenir en payant notre caution à hauteur de 42 millions FCFA, le reste ayant été constitué par l’apport des différents membres », dixit le Directeur. Une grande plantation c’est bien, mais encore faut- il pouvoir l’exploiter, ce qui demande d’importants moyens pour payer les ouvriers, la logistique et les équipements nécessaires. Mais, pas de souci pour COOPEPLA-NGOK, car la MC² de Niété va accompagner le projet jusqu’au bout. « la MC² nous a accordé un deuxième financement de 35 millions qui nous a entre autres, permis d’acheter un camion pour le transport de notre production, camion que nous louons également à HEVECAM pour le transport de la production des autres planteurs villageois». indique NGALLY Ceril, avant d’ajouter : « c’est aussi grâce aux financements de la MC² que nous construisons le camp de logement des ouvriers dont les travaux seront bientôt achevés. Elle nous permet également à travers les crédits de payer nos ouvriers à temps et de gérer les besoins ponctuels ». Pourtant, tout n’est pas rose, car la coopérative accuse du retard dans le paiement de ses traites, mais pour son Directeur, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. « Le retard est essentiellement dû à la baisse drastique du prix du caoutchouc. Mais, nous restons confiants et sommes convaincus qu’en 2016 on finira avec la totalité des dettes. Et là, les dividendes seront non seulement plus importantes, en plus, elles seront régulièrement payées chaque fin du mois, permettant à nos membres de prendre soin de leurs familles ». Ainsi dit, nul doute qu’en finançant cet autre projet, la MC² a marqué un point de plus dans sa croisade contre la pauvreté, car ce sont au total 42 familles qui vont ainsi pouvoir améliorer durablement leurs conditions de vie.