La MC² de Bahouan m’a permis de réaliser mon rêve

Joséphine Majolie WOKO TAGNE

Businesswoman

MC² de Bahouan
Jardinière, restauratrice, commerçante, … cette dame, véritable touche à tout, a décidé de retourner dans son village natal Bahouan pour vivre de ses passions avec le concours de la MC².

Le moins que l’on puisse dire est que Joséphine Majolie WOKO TAGNE est une personne singulière aussi bien de par ses multiples activités que son parcours. A la recherche du mieux-être et d’un statut social, Joséphine Majolie a mené un périple à travers les principales villes du Cameroun et même à l’étranger sans succès. Et pour cause : «partout où je suis allée, je n’avais ni l’espace ni d’argent pour réaliser ma passion de l’agriculture », explique cette mère de 2 enfants. Alors elle va prendre une décision que peu de jeunes sont à même de prendre « j’ai décidé de revenir au village parce que j’ai compris que c’est le meilleur endroit pour réaliser mon rêve, car aujourd’hui, le village m’offre toutes les facilités, surtout financières depuis la création d’une MC² à Bahouan», précise-t-elle. C’est donc pour bénéficier des services de la MC² que cette quadragénaire est rentrée dans son village, un choix plutôt payant. « Grâce aux différents crédits que m’a accordés la MC² de Bahouan qui varient entre 500 000 FCFA et 700 000 FCFA en fonction de mes besoins, j’exploite pleinement mon jardin où je cultive un peu de tout. Actuellement il y a la tomate et le piment, mais je cultive également les choux, les pastèques, les petits pois, le concombre et les courgettes. Les cultures sont fonction des saisons. Par exemple, les petits pois c’est pour décembre » explique Majolie, avant d’ajouter : « l’argent de la MC² me permet de payer les semences, les engrais, les aliments, la main d’œuvre des ouvriers » Véritable businesswoman, Majolie fait plus encore. « J’élève également des lapins et je fais aussi dans la restauration et lorsque je gagne un marché, je me ravitaille majoritairement avec mes propres productions », explique cette dactylo de formation. Et ce n’est pas tout, car Majolie commercialise elle-même ses produits qu’elle vend aujourd’hui jusqu’au marché Sandaga à Douala. C’est avec beaucoup d’émotion qu’elle exprime sa reconnaissance envers sa banque.

Je dis un très grand merci à la MC² de Bahouan, car, c’est grâce à son soutien que je prends soin de moi et de mes enfants dont l’ainé est aujourd’hui à l’université.