Contexte du projet PAD-MC²/MUFFA

Un contexte favorisé par l’initiative PPTE

La lutte contre la pauvreté a pris une place importante dans les discours économiques et politiques dès la fin des années 80, consécutivement à l’aggravation de la pauvreté, elle-même découlant de la crise économique mondiale. On se souvient qu’en guise de solution à la crise mondiale, les institutions de Bretton Woods avaient décidé de soumettre les pays en voie de développement au Programme d’Ajustement Structurel (PAS) dont les résultats ont été pour le moins mitigés. Certains experts n’hésitent pas à dire que les PAS ont aggravés la pauvreté dans les pays qui ont fait l’objet de leur application. Ces critiques ont amené les Institutions de Bretton Woods à conduire des réflexions visant à pallier les limites des PAS. C’est le leitmotiv à la base d’une nouvelle approche initiée en 1996 conjointement par la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International présentée sous la dénomination de l’Initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (Initiative PPTE), qui a la particularité de changer l’approche dans les politiques de développement. On ne parle plus de lutte contre le sous-développement, mais de lutte contre la pauvreté.

Le Cameroun déclaré éligible à cette initiative avait atteint le point de décision en 2000, consacrant ainsi la politique de lutte contre la pauvreté dans sa stratégie de développement économique. Depuis ce temps, le concept de lutte contre la pauvreté a fait une entrée remarquée dans les discours politiques et les réflexions sur le développement au Cameroun, faisant de l’amélioration durable des conditions de vie des populations, une des principales préoccupations du gouvernement. Cette volonté est traduite dans le Document de Stratégies de Réduction de la Pauvreté (DSRP), (puis le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE)) dont l’objectif affiché est de mener avec efficacité la lutte contre la pauvreté au Cameroun, de manière à réduire considérablement et durablement la proportion de la population qui vit en dessous du seuil de la pauvreté et ceci grâce aux ressources générées par l’Initiative PPTE.

Ressources

Il faut dire que l’initiative PPTE dans laquelle le Cameroun s’était engagé, lui avait permis de dégager d’importantes ressources provenant de l’allègement de la dette d’une part, puis de l’annulation d’une partie de la dette avec l’atteinte du point d’achèvement. Ces ressources étaient destinées à financer des projets de lutte contre la pauvreté selon les stratégies gouvernementales. Pour une réduction de la pauvreté à moyen terme, le gouvernement dans la stratégie adoptée, avait mis un accent particulier sur :

  1. l’accélération des réformes économiques ;
  2. la promotion des entreprises informelles ;
  3. la promotion des institutions de microfinance afin de favoriser l’accès des populations défavorisées aux services financiers ;
  4. la réduction des inégalités vis-à-vis de l’éducation, de l’accès aux services de bases et de la charge de travail ;
  5. la durabilité du développement, par la gestion et la sécurité de l’accès aux ressources naturelles.

Dans ce chapelet d’instruments destinés à éradiquer la pauvreté au Cameroun, il y avait aussi des actions spécifiques en faveur des femmes et des groupes vulnérables et au profit des régions défavorisées qui étaient prévues ainsi que la diversification des acteurs pour la mise en œuvre.